On a retrouvé le « Balkany de La Roche »… dans une mairie de Loire-Atlantique !

Décidément, l’affaire de l’ex-dir’cab de La Roche-sur-Yon apporte régulièrement son lot de nouvelles informations, et quelques surprises aussi ! On était sans nouvelles de l’ancien collaborateur de Luc Bouard depuis qu’il avait été démis de ses fonctions par Yannick Moreau, maire des Sables-d’Olonne, en septembre dernier, en pleine révélation du détournement présumé de quelque 34.000 euros avec la carte bleue de la Ville de La Roche-sur-Yon. Malgré de très nombreuses tentatives, impossible de le joindre ces dernières semaines alors que nous nous intéressions à la nouvelle affaire : il fait en effet l’objet d’une enquête pénale pour le détournement présumé de 10.000 euros au détriment de l’association Les Amis de Napoléon-Vendée. Une structure créée par Philippe Porté, adjoint au maire de La Roche en charge des relations internationales, de l’identité napoléonienne et des musées. L’homme, qui est toujours officiellement trésorier de cette asso, était injoignable… jusqu’à il y a quelques jours, où on a enfin pu le contacter. Interrogé sur cette nouvelle affaire, l’ex-collaborateur de Luc Bouard ne veut pas faire de commentaires : « Je ne suis pas informé de l’ouverture d’une enquête », nous a-t-il répondu lorsqu’on l’a contacté, le 11 juin, assurant n’avoir « reçu aucune convocation » pour être entendu sur ce volet. « Je me tiens à l’entière disposition des forces de police et de la justice », dit-il. Il nous confirme cependant bien faire partie de l’association Les Amis de Napoléon-Vendée, comme les statuts l’attestent : « J’ai simplement accepté la demande de Philippe Porté d’être nommé trésorier à la création des Amis de Napoléon-Vendée en janvier 2019, mais je n’ai eu aucune vision de la situation financière de la structure ». De combien l’association disposait-elle sur son compte en banque ? « Je n’en sais rien, je n’ai jamais vu les relevés bancaires. Je n’avais même pas donné ma pièce d’identité à la banque pour avoir accès au compte », assure-t-il…

« La candidature la plus compétente »…

Est-il devenu persona non grata en Vendée ? Toujours est-il que c’est en Loire-Atlantique que Le Sans-Culotte 85 et nos confrères du site d’information Mediacités Nantes ont retrouvé l’ex-dir’cab ! Il a en effet décroché un poste de Directeur général des services (DGS) dans la commune de Petit-Mars, en remplacement de la titulaire, partie en congé maternité. Au sujet de ce recrutement, il indique simplement être en poste « depuis peu de temps » mais ne veut pas s’étendre sur le sujet. Une chose est sûre, sa recherche d’emploi « n’a pas été simple. J’ai passé huit mois à envoyer des candidatures et passer des entretiens d’embauche, sans succès ». Forcément, la découverte par les employeurs de l’affaire de la carte bleue de la Ville a dû jouer en sa défaveur… sauf à Petit-Mars, donc, où il officiera jusqu’en décembre prochain. Interrogé par nos confrères de Mediacités Nantes, le maire, Jean-Luc Besnier, explique que « les candidats au poste n’étaient pas nombreux. Nous avons reçu trois candidats en entretien. La candidature retenue était la plus compétente », ajoute-t-il. Au sujet des soupçons de détournements de fonds publics, l’élu explique à nos confrères de Mediacités que son DGS « nous a informé lors de l’entretien d’embauche de ces difficultés, mais personne n’est coupable tant que la justice n’est pas passée. Le nouveau DGS n’a pas de carte de paiement de la commune et je valide tous les achats. Il n’y a donc aucun risque », selon le maire, Jean-Luc Besnier… dont le journal Presse-Océan apprenait, en mai dernier, qu’une enquête préliminaire avait été ouverte en 2019 à son encontre pour délit de favoritisme dans l’attribution d’un marché public de travaux ! Cette procédure faisait suite à une alerte d’Anticor, une association de lutte contre la corruption. On ne sait pas quelle suite a été donnée, les autorités de Loire-Atlantique opposant un silence radio sur le sujet…