La question du genre vue par l’Église… bonjour l’enfer !

Un soir de fin février, Le Sans-Culotte 85 est allé faire sa petite souris au collège privé Richelieu de La Roche-sur-Yon. Le Diocèse de Luçon et la direction de l’enseignement catholique y organisaient une conférence intitulée « Nos jeunes face à la question du genre ». La star de la soirée était René Écochard, professeur à l’Université Claude-Bernard de Lyon, et médecin au CHU de Lyon (membre du pôle santé publique) ainsi qu’à l’Institut de théologie du corps. Résolument anti-IVG, son dernier livre s’intitule « Homme, femme, ce que nous disent les neurosciences » (aux éditions Artège). Dans notre numéro 146 de mars, nous revenons en longueur sur cette soirée et sur la façon dont la question du genre est abordée par l’Église.

Si le CV et l’ouvrage du médecin pouvaient laisser augurer un discours scientifique sur ce sujet complexe, face au public, il s’est laissé aller à quelques propos plus que douteux. Nous publions ci-dessous des extraits sonores de son intervention, étrangement absents des captations vidéo de la soirée mises en ligne sur le site du Diocèse…

Dans ce premier extrait, René Écochard insiste sur l’importance, pour les parents et les enseignants, d’écouter et d’épauler les adolescents qui se posent des questions sur leur identité de genre. Et utilise une métaphore pour le moins osée…

Dans ce second extrait, à une question d’une spectatrice sur l’influence des hormones dans la construction de son identité, le professeur répond en évoquant des « situations de maladie » dont seraient atteintes certaines petites filles. On vous laisse découvrir ce qui se cache derrière le terme de « maladie »…

Nous avons contacté le professeur pour lui demander de préciser ce qu’il voulait exprimer, sans réponse de sa part.