Le Sans-Culotte 85 N°150 (Été 2022)

Pompiers : l’autre Grande Muette

Chez les pompiers, y’a le feu à tous les étages, mais plutôt que de trouver le moyen d’éteindre les multiples départs d’incendie, on cherche surtout à cacher les braises… Notre enquête du mois nous emmène dans le monde merveilleux du Sdis (Service départemental d’incendie et de secours) vendéen, où il vaut mieux ne pas jouer les lanceurs d’alerte… au risque de se retrouver éjecté du camion rouge. Pour vivre heureux dans son centre de secours, il faut se taire ! Sans parler du mal-être au travail ou de la chape de plomb sur les affaires de violences sexuelles qui agitent le Sdis depuis plusieurs années mais dont certaines seraient mises sous le tapis pour ne pas faire de vagues. Cette culture du silence est-elle toutefois en train de disparaître ? La nouvelle direction assure qu’elle ne met pas la tête dans le sable et indique qu’elle crée des processus de signalement notamment pour les affaires de violences sexuelles. Reste que les choses mettent du temps à bouger… Chut, ne déclenchez pas la sirène !

Nous ne sommes pas au Far-West… mais bien dans le petit village de La Couture !

Fin juin, nous avons assisté à un énième règlement de comptes entre agriculteurs qui, depuis des années, se disputent le droit d’exploiter des terres sur cette toute petite commune de 220 habitants, située près de Mareuil-sur-Lay. Le conflit se concentre sur des parcelles appartenant à une femme décédée depuis 2007, et dont la succession n’est toujours pas achevée chez le notaire. Personne pour arbitrer, c’est la foire d’empoigne ! L’un plante, l’autre broie et replante… le sketch ! Quoique les gros bras, venus en renfort ce jour-là, n’avaient pas l’air de rigoler ! Duels de tracteurs, menaces de mort et dégradations, opérations commando au nom du syndicat FDSEA… Tout indique que ça va mal finir. Au grand dam des héritiers qui en appellent au Conseil régional des notaires pour que le leur s’active et mette enfin un terme à l’escalade.

À Bazoges-en-Pareds : « La mairie est gérée comme une caserne » !

Un récent article paru dans Ouest-France a fait grand bruit : un élu de Bazoges-en-Pareds a été agressé à la fourche alors qu’il était venu signaler une incivilité. L’occasion pour plusieurs acteurs ou simples citoyens de la commune de dénoncer auprès de nous les méthodes de shérif du maire Philippe Richier et de son 1er adjoint, tous deux anciens militaires. Et puisque le 1er adjoint, l’élu agressé, est aussi… le correspondant de presse local du quotidien, notre instinct nous a amené à vouloir écouter la parole de ceux qui réclamaient de l’avoir. On ne s’attendait pas à délier autant de langues, toutes évoquant une gestion plutôt brutale et autoritaire de la vie municipale. Une « traque aux incivilités », un président d’asso sommé « de calmer ses troupes », les élus plus ou moins traités de fainéants… La 2e adjointe vient d’ailleurs de claquer la porte. Ambiance !

Véronique Besse députée : coucou, revoilou le bon vieux villiérisme à l’Assemblée !

Sur la quatrième circonscription, celle du bocage, on assiste à un retour en arrière : le come-back de Véronique Besse, la maire des Herbiers, qui reprend son siège de députée, laissé en 2017 après 12 ans de mandat. Considérée par ses opposants comme la candidate « cachée » d’Éric Zemmour, elle a été (ré)élue dans un fauteuil avec près de 60 % des voix face à la députée sortante Ensemble, Martine Leguille-Balloy. À l’occasion du retour sur les bancs de l’Assemblée de cette Villiériste de la première heure, on a retrouvé quelques-unes de ses prises de position les plus… caractéristiques de son ADN idéologique, lors de son précédent mandat. Petit florilège !

+ À Cugand, des dommages collatéraux causés par le duel Leguille-Balloy/Besse…

Les Sables : un sous-préfet sensible à la vie nocturne ? « Je ne vais pas m’auto-censurer ! »

MAIS AUSSI DANS CE NUMÉRO…

DÉMOCRATIE A POIL

« C’est pré-insurrectionnel, là ! »

L’année électorale qu’est 2022 s’est achevée le 19 juin avec le second tour des Législatives. En Vendée, il y avait (un petit peu) de suspense dans deux circonscriptions  : la première et la deuxième, toutes deux sur le secteur de La Roche-sur-Yon. Sur La Roche Nord, le député sortant (Modem) Philippe Latombe affrontait la candidate écologiste Lucie Etonno, pour la Nupes. Sur La Roche Sud, c’est l’adjointe aux sports de Luc Bouard Béatrice Bellamy, transfuge des Républicains, qui concourait sous la bannière Ensemble (lire à ce propos notre numéro 149, de juin) ; face à elle, l’un des opposants au même Luc Bouard, Nicolas Hélary, de la Nupes. Le Sans-Culotte 85 s’est donc rendu au Cyel (Centre yonnais d’expressions libres), où les résultats des deux circos étaient donnés en temps réel, pour sonder l’ambiance. Y’a pas de raison qu’on ne vous fasse pas profiter de notre super dimanche soir !

DANS LA GUEULE DE LA RÉDACTION

Bon, elles arrivent ces plaintes ?!

DES NOUVELLES DE…

-Conflits d’intérêts à Saint-Hilaire-de-Riez : stop, on arrête tout !

-L’association Vista… visitée par l’État !

-Service national universel : le remaniement remet la caserne au centre du village !

-Ancien Hôtel de Ville de La Roche : le gouffre financier s’agrandit, nos neurones explosent !