Le Sans-Culotte 85 N°129 (Juin 2020)

AU BAL MASQUÉ :

Normes et certification : une mise au point s’impose !

Un masque pour tous : une course à l’échalote

Discrimination numérique

Au Département, pas les mêmes protections pour tous…

L’Aiguillon-sur-Vie : le tabac-presse claque la porte !

Élus : les masques et la distanciation physique, c’est bien… pour les autres !

À La Boissière-des-Landes, on déploie l’armée pour garder les masques chez Prolaser

Au Girouard ou à Girouard, les habitants ne savent plus où ils habitent !

C’était la grosse lubie du maire sortant, Auguste Grit, platement battu dès le premier tour, après quatre mandats. Depuis 25 ans qu’il était à la tête de la commune, quelle mouche l’a piqué pour subitement décréter qu’elle ne s’appellerait plus « Le Girouard » mais « Girouard » tout court ?! C’était devenu une idée fixe… donnant lieu à une situation pour le moins cocasse. D’autant que le nouveau maire, lui, compte bien remettre les points sur les « i », ou plutôt « LE » à sa place !

Y’aura-t-il, un jour, un deuxième OpenGraf à La Roche-sur-Yon ?

Quelques mois après le succès de son exposition éphémère de street-art OpenGraf, en 2018, dans un ancien hôtel Formule 1 voué à la destruction, le collectif yonnais Ars Muralis a voulu remettre ça. Malgré plusieurs rencontres avec les services de la Ville, aucun lieu adapté n’a finalement pu être trouvé. Mais les membres du collectif estiment que la mairie n’a fait preuve d’aucune volonté pour mener à bien le projet. Ils l’accusent même de leur avoir piqué leurs idées pour organiser un événement similaire, estampillé Ville de La Roche… Après deux ans sans échanges, et alors que la Ville assure aujourd’hui lui tendre la main, Ars Muralis a fini par mettre les voiles. Vers Nantes, notamment, où le collectif expose en ce moment des œuvres… d’artistes yonnais ! La Roche, elle, attendra pour revoir des fresques murales squatter ses vieux immeubles…

Urbanisme à Apremont : les vieux dossiers refont surface !

Décidément, à Apremont, l’élaboration des documents d’urbanisme n’est pas un long fleuve tranquille  ! Dans le Plan local d’urbanisme (PLU) de 2007, le maire, Guy Jolly, avait rendu constructibles des terres agricoles appartenant à son beau-frère. Poursuivi pour prise illégale d’intérêts, il avait été relaxé en appel. Aujourd’hui, alors que le PLUi-H est à l’étude à l’échelle intercommunale, aurait-il à nouveau cherché à tirer son épingle du jeu ? Un autre ancien maire, lui, va pouvoir urbaniser plusieurs terrains situés sur un site archéologique galloromain remarquable. En 2007, il avait déjà fait construire une maison pour son fils sur ce secteur, sans faire les fouilles préalables ! Enfin, d’autres parcelles passées constructibles vont devoir être rendues à la nature car trop proches du barrage d’Apremont…

Assistants familiaux : dévoués, invisibles et… au bord de la rupture

Depuis des années, le Département de la Vendée a fait le choix de privilégier l’accueil en familles pour les enfants suivis par les services de la protection de l’enfance, plutôt qu’en structures. Les 420 assistants familiaux vendéens, qui souffraient déjà d’un manque de reconnaissance, ont subi de plein fouet la période actuelle. Le confinement a rendu certaines situations, déjà tendues, carrément explosives. Enfants présents en permanence, arrêt des activités et des soins, contacts restreints avec les éducateurs et les services de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), etc. Beaucoup d’assistants familiaux de Vendée se sont sentis bien seuls pendant ces deux mois et accusent le coup. Les enfants, eux, sont trimbalés de familles en familles…

MAIS AUSSI DANS CE NUMÉRO…

Français appelés à travailler dans les champs : quand un patron déchante…

Au Pays des Herbiers : les anciens vassaux de la reine Besse se rebiffent !

Justice de l’après-Covid : aux Sables, les avocats contraints à des plaidoiries « express » !

Aide aux entrepreneurs : les élus départementaux, hommes de paille ou garde-fous ?

La démocratie à poil : Le Sans-Culotte 85 s’invite à Vouvant…

Coup de gueule : Solidarité avec l’hôpital public : parlons-en !

Photocaf’tons : Thorigny, Aubigny et Liez dans l’objectif