Le Sans Culotte N° 48 (septembre 2011)

UNE48Dans la Gueule de la Rédaction :

Vacances ministérielles : qu’est-ce que c’est chouette la Vendée !!

Au Château-d’Olonne, Jean-Yves Burnaud brouille l’écoute !

Communication maladroite ou énième manifestation d’une « autocratie » dénoncée par ses opposants, telle est la question qui tarabuste quant au comportement de Jean-Yves Burnaud, le maire. En toute légalité, l’élu a lancé fin juillet deux appels d’offres importants pour des études concernant la construction d’une mairie flambant neuve et la restructuration de la salle des fêtes. Des projets découverts dans la presse par bon nombre de conseillers municipaux, de la majorité comme de l’opposition…

Les saisonniers sablais rament pour garer titine

Maison d’enfants : Fessées pour les adultes !

Ils bossent ou ils bullent nos députés vendéens ?

Petit ou gros temps pour nos cinq parlementaires ? Durant l’été, un barouf médiatique éphémère a mis en exergue l’absentéisme au travail de quelques élus de la République, exploitant pour cela des statistiques auxquelles on fait dire tout et n’importe quoi sans explications. Nous avons voulu en savoir plus en approfondissant le sujet. Résultat : les supposés bons et mauvais élèves ne sont pas forcément ceux que l’on croit…

DOSSIER : la Chambre d’agriculture fait-elle la pluie et le beau temps ?

En France, les agriculteurs représentent 1,1 % de la population, mais 15,6 % d’entre eux sont maires (1). Ils ont bien saisi que le meilleur moyen de défendre leurs intérêts est d’être présent dans un maximum d’instances décisionnaires. Résultat : le monde agricole est souvent surreprésenté dans les collectivités et plus encore dans les commissions locales et paritaires. La Chambre d’agriculture est partout, sur tous les fronts. Les intérêts à défendre ne sont pas des moindres, alors quitte à avoir un maire qui connaisse bien le terrain, mieux vaut encore un agriculteur qu’un agent immobilier, non ? La pression du monde agricole sur les cercles de décision, quelles qu’en soient les raisons, ne pose un problème qu’à partir du moment où elle vient court-circuiter le débat démocratique… Deux actualités récentes : les menaces perpétrées à l’égard du maire des Herbiers et l’épineux dossier des zones humides, nous amènent à poser cette question : où s’arrête le lobbying et où commence l’interventionnisme appuyé ?

Un palace dans la forêt de Tanchet ?

Le maire des Sables-d’Olonne aimerait implanter un complexe hôtelier haut de gamme dans le quartier de La Rudelière, en retrait du lac de Tanchet, sur le site de l’ancien Camping du Lac. C’est ce que révèlent des documents anonymement envoyés à la rédaction. Parmi eux, l’acte de cession de la forêt de La Rudelière, vendue à la ville des Sables par l’Etat en 1909 mais à deux conditions : la non-constructibilité et l’inaliénabilité de ces terrains boisés. D’où une lettre du 12 avril dernier, signée de Louis Guédon, demandant au Domaine public la levée de ces servitudes, condition sine qua non pour pouvoir installer son palace pour hommes d’affaires…

Saint-Hilaire-des-Loges : école neuve mais élèves recyclés !

L’Ecole des Etablières, aux multiples formations professionnelles réparties sur toute la Vendée, a dû réduire la voilure, ordre du nouveau chef du Département ! Résultat : une restructuration des sites et des formations, effective à la rentrée, faisant craindre à Saint-Hilaire-des-Loges une défection des Etablières, qui devait justement intégrer un bâtiment flambant neuf dans le village. Quid de l’avenir de ce site et des formations prévues ? Les habitants peuvent être rassurés, le bâtiment ne sera pas vide. Mais ils l’ont échappé belle ! Sauvés par le gong… ou plutôt par le spectre de la politique qui plane toujours autant sur cette école. Ainsi que toutes nos rubriques habituelles : Photocaf’tons, coup de pouce, parlanjhe et un «p’tit coin bio» électrique !

Commander des anciens numéros du Sans-Culotte 85 !