Le Sans Culotte N° 25 (Mai 2009)

UNE25Un mariage – presque – parfait !

A deux mois des élections Européennes, alors qu’à droite comme à gauche, on tardait à s’organiser et on se reniflait encore les fesses… Philippe de Villiers, lui, se dégotait «the» compagnon en rejoignant le mouvement Libertas, né du «non» irlandais. «Désormais, je ne suis plus tout seul» a-t-il déclaré. Avec des listes réparties dans toute l’Europe, sûr que Libertas est pour lui l’occasion rêvée de conquérir des voix, sortir de son bocage et de cette image archaïque qui lui colle à la peau. Certes, le Puy du Fou est une bien maigre réussite comparée à celle de l’Irlandais et richissime Declan Ganley, fondateur du mouvement et nouvel ami du franco-vendéen. Ils ont de quoi se plaire, mais il faut reconnaître que ce couple est tout de même très curieux. Le contraste entre les deux hommes est aussi éloquent et comique que leurs discours de fromages qui puent sur les images de Stars Wars ! Signe évident de l’influence de son nouveau mentor plus Américain qu’amateur de camembert…

On a bon d’eau !

Les exploitants de campings vendéens hurlent littéralement leur colère : ils vont devoir payer leur part de la facture d’eau… misère ! Et nous alors, qu’est-ce qu’on devrait dire ? Nous autres Vendéens qui avons payé toutes ces années pour leur permettre d’accueillir toujours plus d’estivants et d’en récolter les profits ! L’effort collectif, c’est nous qui le supportons… au nom du sacro saint tourisme ! Et aujourd’hui, ils viennent nous dire qu’il refusent de payer «sans contre partie»… Y’en a vraiment qui doutent de rien !

A Strasbourg, clowns rebelles et insurgés contre clowns tristes

Le Sans-Culotte a suivi les Vendéens de Greenpitre lors de l’une des manifestations de l’armée insurgée, rebelle clandestine des clowns contre le sommet de l’OTAN à Strasbourg. Le gazage aux lacrymogènes dont ont été victimes les clowns à la suite de cette action non-violente a été perçu comme une véritable provocation.

Si même les gendarmes ne se sentent plus en sécurité !

La France n’avait pas «touché» à la gendarmerie nationale depuis sa création post révolutionnaire le 28 Germinal an VI (1798). L’année 2009, an I de la nouvelle gendarmerie, marquera donc une mutation historique et inéluctable, d’autant qu’elle est voulue par le président… qui n’a d’ailleurs pas hésité à mettre la charrue avant les bœufs ! La loi sur la gendarmerie n’a pas encore été examinée par les députés que le rattachement des gendarmes au ministère de l’intérieur est déjà effectif depuis le 1er janvier. Pour la première fois de son histoire, la gendarmerie a quitté le giron de l’armée (le ministère de la défense) pour rejoindre la place Beauvau, finalisant le processus de rapprochement police-gendarmerie initié dès 2002. Une situation globalement mal vécue, notamment par les gendarmes qui craignent qu’elle soit le prélude d’une fusion des deux corps, voire à une disparition pure et simple de leur statut militaire… Et l’attitude du Syndicat national des officiers de police (Snop) n’est pas fait pour les rassurer !

Au pied du mur !

En tant que «mensuel indépendant d’intérêt civique», nous vous proposons ici, vous citoyens, de poser les questions qui vous démangent aux politiques et autres responsables de notre département. Nous les jugeons souvent loin de nous et inaccessibles. A tort… Car, nul doute qu’ils vont profiter de cette initiative pour écrire au journal et répondre à toutes vos interrogations. De notre côté, nous prendrons soin de les transmettre aux intéressés et bien entendu, de publier leur réponse dans notre prochaine édition…

Commander des anciens numéros du Sans-Culotte 85 !