Le Sans Culotte N° 23 (Mars 2009)

UNE23Presse locale à Noirmoutier : sois belle et tais-toi !

Le nouveau maire de Noirmoutier, Noël Faucher, appartient à cette manne politique qui a de plus en plus tendance à considérer les colonnes de la presse locale comme son support de com’ ! Il exige ouvertement que les journalistes écrivent ci ou ça, pas ci pas ça ; là, vous notez, là vous ne notez pas… Jusqu’au jour où il a dérapé et fustigé publiquement la presse devant une assemblée médusée ! A la suite de quoi un deal va être trouvé avec Ouest France… Et là, pas besoin de Chomski ni de Cohen et Péan pour éclairer nos lanternes !

Le passeur sachant passer…

Voilà une anecdote qui, côté Chaume aux Sables-d’Olonne, ravive un sentiment somme toute assez récurrent chez les Chaumois, celui d’être condamnés à rester les parents pauvres de la station…

Faut-il encore croire au miracle ?

On avait rarement vu autant de monde dans les rues de La Roche, même chose à Fontenay où il faut remonter à 1973 pour se remémorer une telle affluence ! Pas mal pour un département réputé si docile ! Sur le bitume, se côtoient public et privé, les fonctionnaires et les traditionnelles enseignes vendéennes. Cette fois, le miracle a opéré dans la rue. Il faut dire que celui qu’on nous sert d’ordinaire n’est plus d’actualité. En Vendée, comme ailleurs, la crise nous a fait tomber de notre nuage. Une chute particulièrement rude dans le sud et notamment sur la zone de Fontenay-le-Comte. D’une manière générale, si certains secteurs comme l’agroalimentaire semblent plutôt bien résister, d’autres comme le nautisme, le bâtiment, l’automobile et la métallurgie sont plus touchés. Nombreuses sont les entreprises qui passent encore entre les gouttes. Mais la Vendée n’échappe pas pour autant à la tempête…

Patron de l’Urssaf, patron de choc ?

L’histoire, à première vue, est malheureusement assez banale. Un salarié ose défendre ses droits au sein de son entreprise et entre en conflit avec la direction. Généralement, dans ces cas-là, ça se termine bien ou mal, mais aux Prud’hommes… pas au pénal ! Or, la suite, c’est un procès verbal qui nous la raconte.

Selon l’employé, il aurait été violemment pris à parti sur son lieu de travail, par l’époux de sa patronne, et ce pour avoir manifesté des revendications salariales. Mais là où notre affaire devient intéressante, c’est lorsqu’on apprend l’identité du mari en question : Robert Jousset. Son nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant…

La commune des Clouzeaux brouille les cartes !

En mai dernier, le tribunal administratif de Nantes décidait d’annuler le Plan local d’urbanisme (PLU) voté par la commune des Clouzeaux, dans le Pays yonnais. La population, comme le conseil municipal d’ailleurs, ne semble pas avoir bien pris la mesure de ce qui a motivé cette sanction. Des «raisons de forme» nous dit-on. Derrière cette formule, se cachent souvent des explications bien compliquées, voire opaques, qui -fort heureusement pour certains- rebutent la plupart d’entre nous. Pourtant, il suffit là de se pencher d’un peu plus près sur les plans pour se rendre compte que les «formes» sont ici particulièrement grossières…

Nitrates : Bourseguin ouvre le robinet de la colère !

Le 31 janvier 2008, la Cour de justice européenne condamnait la France à une forte amende pour non respect des normes (nitrates et pesticides) dans les départements des Deux-Sèvres, de la Charente Maritime et de la Vendée. Exemple au captage de Saint-Martin-des-Fontaines. Sous ce joli nom se cache une eau polluée par les nitrates depuis presque vingt ans. Et si Vendée Eau propose de «diluer» le problème, les habitants de Bourseguin (près de L’Hermenault) sont eux bien déterminés à évacuer le trop-plein !

Douche froide à Grand’Landes !

Comme si nos députés n’avaient pas mieux à faire que de s’occuper de pareilles broutilles ! Il aura fallu l’intervention de Jean-Luc Préel pour que le maire de Grand’Landes se décide à activer la marche forcée de l’alimentation en eau chaude du camping municipal.

La mairie de Bourneau serait-elle atteinte de schizophrénie ?

Non, non ! Ce n’est pas une hallucination ! Ces deux arrêtés municipaux sont bien les mêmes, datés du même jour… Seule différence : la signature en bas de page ! Le premier est signé de l’ancien maire, et le second, du nouveau ! Cocasse tout de même… Surtout quand on connaît la façon dont ont été redistribuées les cartes politiques dans ce bourg.

Commander des anciens numéros du Sans-Culotte 85 !