C’est qui ? C’est quoi ?

Le journal vendéen qui ne joue pas les fayots !

Mais quel est donc ce mensuel « poil à gratter » comme on le surnomme en Vendée ?

Le Sans-Culotte 85 est né en janvier 2007 de la conviction de jeunes journalistes que le pluralisme et l’indépendance de la presse ne se joue pas qu’à Paris ; et que plus passionnante encore est l’investigation au plus près de chez vous, dans la « vraie vie ». Avec lui est alors né un défi, celui de ne dépendre de personne… sauf des Vendéens ! Pas de publicité, pas de partenariat, ni de subventions ou de sponsors, Le Sans-Culotte 85 a remporté le pari de vivre exclusivement de ses lecteurs, par le biais des abonnements, de la vente en kiosque ou de leur soutien. Voilà qui garantit aux deux journalistes qui forment la rédaction de pouvoir enquêter, gratter, fouiner, en toute indépendance parce que non tenus en laisse par des intérêts économiques ; voilà qui crée aussi une relation de confiance particulière avec le lecteur. Car cela signifie aussi que le vilain caneton n’a pas le droit de décevoir. Dès lors qu’un journal vit exclusivement de ses ventes, le lecteur est roi : il achète, le journal vit… A contrario, s’il boude, le journal meurt ! D’où notre devise : « être aussi sérieux qu’irrévérencieux ». Plus l’info est croustillante ou dérangeante, plus elle se doit d’être vérifiée…

Mordants et taquins, nous allons chercher les infos passées sous silence, anecdotes, dossier, enquêtes et analyses inédites… Chez les Culottés, pas d’autocensure ni langue de bois, mais pas non plus de démarche militante ou idéologique. Notre boulot est de vous donner à lire ce sur quoi on évite justement toute forme de « communication ». Bref, on se plaît à vous embarquer avec nous dans les coulisses vendéennes ! Le tout mis en scène par la joyeuse équipe de dessinateurs culottés qui apportent chaque mois leur graine d’humour et leur vision satirique de l’actu locale.

Comme depuis sa création, Le Sans-Culotte 85 est toujours portée par l’association Les Empressés Editions, reposant sur une poignée de bénévoles. Malgré un mode de fonctionnement resté artisanal, le « Journal vendéen qui ne joue pas les fayots » a su s’enraciner en Vendée. Né du lancement d’une simple souscription, il est aujourd’hui distribué dans tous les points presse du département. Le sans-Culotte 85 fait désormais partie intégrante du paysage médiatique vendéen, aussi respecté que redouté… Et il n’est pas prêt de baisser son pantalon !