Le Sans-Culotte 85 N° 94 (Avril 2016)

UNE94Chambre individuelle obligatoire : la nouvelle vache à lait de l’hôpital !

Les hôpitaux manquent d’argent et cherchent à en trouver par tous les moyens. L’un d’eux consiste à généraliser la facturation des chambres particulières, et à faire raquer les mutuelles. Une astuce bien connue dans le privé, mais dont usent aussi désormais sans complexe les hôpitaux publics, à l’instar du CHD yonnais, qui ne cache pas que le recours à cette méthode est même inscrite dans son plan de financement…

Pas de fastes pour commémorer le tricentenaire du « petit père des pauvres »…

Le père Louis-Marie Grignion de Montfort est mort le 28 avril 1716 à Saint-Laurent-sur-Sèvres, où il est enterré et où sont toujours implantées les communautés montfortaines, et notamment les Frères de Saint-Gabriel. Béatifié en 1888 par Léon XIII, puis canonisé en 1947 par Pie XII, l’esprit et l’œuvre de « celui qui aime tant les pauvres » rayonne à l’international. Mais c’est bien dans le haut bocage vendéen que vont se concentrer les célébrations organisées à l’occasion du tricentenaire de sa mort. Un événement dont a voulu s’emparer le conseil départemental avec la création d’un spectacle grand public, et grandiose, chiffré à… 220.000 € ! De quoi retourner le père Montfort dans sa tombe ! Il peut reposer en paix, puisque le Département, localement, s’est clairement fait renvoyer dans ses quartiers…

Mômes fracassés, éducateurs cabossés : alerte à l’Aide sociale à l’enfance !

L’an passé, la CRIP 85 (Cellule de Recueil des Informations préoccupantes) a enregistré 1720 signalements concernant des mineurs en difficulté dans notre département. Un chiffre en hausse constante, ainsi que le nombre d’enfants et d’adolescents pris en charge – sur décision judiciaire – par les services départementaux de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance). Du plus bas au plus haut de l’échelle hiérarchique, tous les travailleurs sociaux effectuent le même constat : ils doivent prendre en charge des mômes de plus en plus abîmés, violents, souffrant de pathologies psychiques et comportementales de plus en plus lourdes, avec des déviances jusque-là inédites… Partout, on tente de faire front, de colmater en urgence les brèches, jusqu’à mettre parfois sur les rotules des éducateurs qui, dans l’incapacité de remplir pleinement leur rôle, en arrivent à se sentir maltraitants eux-mêmes… un comble ! Etat des lieux d’un secteur devenu au fil des ans une véritable « poudrière », de l’aveu même de pas mal de professionnels…

Ce n’est décidément plus la fête à la piscine de La Tranche…

Après cinq mois de travaux, L’Auniscéane  venait de rouvrir ses portes en février, avant de les  refermer aussi sec le mois dernier. Et pour cause, en conflit avec leur directeur, les maîtres-nageurs refusaient d’y remettre les pieds ! Le deuxième arrêt de travail collectif en moins d’un an dans cette structure au passé mouvementé, et à la réputation déjà un peu sulfureuse… Après l’intervention du Centre de Gestion de la Vendée, et pressée par les menaces des agents de faire valoir un défaut de protection fonctionnelle, la collectivité – jugée jusque-là bien mollassonne – a finalement décidé de suspendre le directeur mis en cause. Et, comme si ça ne suffisait pas, la com’ com’ vient par ailleurs de découvrir une possible « caisse noire » et d’en avertir les finances publiques…

Suite à la démission d’une élue challandaise, un journaliste dans la ligne de mire de citoyens indignés

La socialiste Nicole Guérin dit subir depuis plusieurs années la parution d’articles à charge de la part d’un journaliste challandais d’Ouest-France sans qu’elle puisse exercer son droit de réponse. De guerre lasse et meurtrie, elle a fini par démissionner de ses mandats, ce qui n’a pas manqué d’indigner quelques citoyens et associations (à l’image de la Ligue des droits de l’Homme) qui se sont emparés du sujet pour protester, en vain, auprès de la direction du quotidien… Une instance nationale déontologique devrait être saisie.

Aux Herbiers, la difficile reconstruction de l’enfant brimé exclu de son école

Voilà un an, l’affaire avait défrayé les médias régionaux et même nationaux : harcelé dans son école privée, un garçonnet de 7 ans avait été victime, pour seul soutien, d’une drôle de double peine, puisque la réponse apportée par la direction de l’établissement avait été de l’exclure ! Se disant « très choqués », ses parents portaient l’affaire devant le tribunal civil, afin d’obtenir surtout des explications plus que des réparations pécuniaires. Lors de l’audience, l’offensif avocat défendant les intérêts de l’école les a vilipendés, livrant une autre lecture du dossier… Le jeune garçon, lui, après avoir sombré, va beaucoup mieux désormais.

Subventions : le Département joue de la flûte en faisant la danse du ventre !

Un exercice artistique périlleux, pour faire face à la bronca suscitée par la décision du conseil départemental de cesser sa participation financière aux interventions de musique et de danse dans les écoles primaires. Un choix clairement politique, puisque, si l’argument du Département est de serrer les boulons financiers en se recentrant sur ses compétences obligatoires, il ne vaut pas concernant d’autres postes budgétaires largement abondés, eux, alors que la collectivité n’y est pas du tout contrainte ! Deux poids, deux mesures ?

MAIS AUSSI DANS CE NUMÉRO…

Anneau de Jeanne d’Arc : les Villiers voués aux simonies !

Le président Yves Auvinet, ce délinquant hors-la-loi !

A La Roche, une plaque commémore la rafle de 39 juifs vendéens : l’historien Louis Gouraud satisfait… mais vexé !

La bourde des jeunes socialistes de Vendée  leur vaut d’être renvoyés sur les bancs de l’école !

Le vicomte invité à la table de Robert Ménard…

Correction du brevet : les profs des collèges privés se rebiffent…

Photocaf’tons : KTO à la maison de retraite publique des Herbiers, merci seigneur !

 

Commander des anciens numéros du Sans-Culotte 85 !