Le Sans-Culotte 85 N° 53 (Mars 2012)

UNE53Le maire d’Apremont aime les affaires… en famille !

Guy Jolly est suspecté de prise illégale d’intérêts, suite à la subite transformation de terres agricoles en parcelles constructibles. C’était lors de l’élaboration et du vote du Plan Local d’Urbanisme, alors qu’il était à l’époque 2e adjoint chargé de… l’urbanisme. Le hic, c’est que ces terrains appartiennent à sa belle-famille, voyant ainsi la valeur de leurs parcelles passer illico de 37000 à plus d’un million d’euros ! Idem pour l’ancienne première adjointe Christel Roblin, concernant son propre terrain cette fois. Et ça, ben c’est interdit et réprimé par la loi. La patate chaude est depuis plusieurs mois entre les mains du procureur des Sables-d’Olonne, qui n’a pas encore pris de décision quant à une mise en examen ou non des deux élus.

L’insécurité s’installe au conseil général !

Les élus les croisaient tous les jours depuis 10 à 20 ans pour le plus ancien. Or depuis le 15 février, les huit agents de sécurité de l’Hôtel du Département ont disparu. L’équivalent de cinq postes à temps plein, supprimés en vue d’économiser 130.000 euros en 2012. Sûrement que les I-pads dernier cri offerts à tous les conseillers généraux contiennent une application « gros bras » !

Une sculpture russe à St-Gilles : merci du cadeau !

Le maire Patrick Nayl a dit « tutoyer le rêve » en accueillant celui que l’on surnomme « le Maître de Moscou ». L’artiste est venu choisir l’endroit où installer la sculpture qu’il offre à la ville, un cadeau du « plus grand sculpteur du monde », déclare-t-on… celui qui a essaimé le plus de sculptures sur la planète en tout cas ! Portrait d’un artiste sulfureux, ultra-mégalo, qui a su surfer sur tous les régimes, de Staline à Poutine, qui navigue entre business et pouvoir, culture et Jet Set, un homme d’influence régnant sur Moscou et son art.

Fagor-Brandt hypothèque ses biens vendéens pour investir… en Pologne !

La situation financière du premier fabricant français d’électroménager va de mal en pis, et les deux sites vendéens ne sont pas épargnés par moult inquiétudes quant à leur devenir… Deux faits très récents confortent ces appréhensions : l’hypothèque du site d’Aizenay pour cautionner un prêt bancaire destiné à investir en Pologne, et une condamnation de l’Europe obligeant Fagor France à rembourser une aide publique de 31 millions d’euros versée par l’Etat en 2008…

Culture : Les Herbiers pète-t-elle plus haut que son cul ?

A la fin des années 90, la culture herbretaise paraissait presque « révolutionnaire », faisant la part belle à la création et aux nouveaux talents. Outre le reproche fait par certains de voir la ville ne plus prendre de risques en privilégiant les têtes d’affiche parisiennes, il y a manifestement un malaise grandissant au sein des associations culturelles locales. Elles sont plusieurs à se sentir méprisées et écartées, confortées par le témoignage de certains artistes régionaux ; surfant aussi sur le conflit interne qui oppose la direction du service culturel à ses agents. La mode bling-bling a-t-elle vraiment atteint la capitale du bocage ou est-ce seulement le fait d’une chasse à l’homme, visant en fait une femme : Sylvie Couturier, à la tête des affaires culturelles depuis 2008 ? Si la municipalité se dit prête à entendre les assos, elle paraît résolue à ne pas jouer les tueuses !

Des agriculteurs détruits par 20 ans de procédures judiciaires

Installés sur Commequiers, les Guyon sont littéralement laminés physiquement, psychologiquement et financièrement par vingt années de lutte judiciaire contre des adversaires aussi retors que puissants (multinationales, banques, assurances…). Ils ont gagné tous les procès intentés depuis… 1992, mais les procédures continuent encore ! Les 15 millions d’euros de préjudice total qu’ils réclament ne sont sans doute pas étrangers à toutes ces résistances de la part de sociétés misant sur l’épuisement des requérants. Une situation tragique et ubuesque dont voici les principaux ressorts.

Handicap : Pas de jambes, pas de droits !

Ils passent parfois pour des râleurs, voire des emmerdeurs, pourtant ils ne réclament pas la lune, les handicapés du département, et encore moins de privilèges, mais simplement que leurs droits soient reconnus et appliqués, comme pour n’importe quel citoyen valide. En Vendée, on estime qu’environ 15.000 personnes sont en situation de handicap, à différents degrés. Seulement 300 adhèrent à l’Association des Paralysés de France (APF), dont une des missions est de les conseiller et les défendre à tous niveaux. Souvent, les personnes handicapées se tournent vers l’APF en désespoir de cause, afin de résoudre différentes problématiques. Les textes et dispositifs sont là pour les aider, les bonnes volontés sont légion, mais les moyens financiers ne suivent pas forcément…

Piques et chicaneries : une campagne pleine de tacles !

Il faut sauver le soldat Sarlot !

Anciens appelés d’Algérie, ils offrent leur pension en « réparation »

En ce mois de commémoration du 50e anniversaire des accords d’Evian mettant un terme à la Guerre d’Algérie, l’occasion nous est donnée de porter un regard différent sur le monde des anciens combattants avec l’association nationale 4ACG (Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis contre la Guerre), présidée depuis deux ans par le Vendéen Bernard Pointecouteau, qui demeure du côté de Montaigu.

Avec « Couac 40 », Patfawl dézingue l’actualité avec malice !

Le bio, c’est pas « l’hallu » ! .

Commander des anciens numéros du Sans-Culotte 85 !