Le Sans Culotte N° 38 (Septembre 2010)

UNE38Les chasseurs pris pour des pigeons ?

Elle est tenace la caricature du chasseur abruti, ivrogne, tirant sur tout ce qui bouge… Certains chasseurs en ont ras-le-bol de se voir coller des étiquettes grossières sur le front. Alors, quand cette étiquette qu’on leur impose est politique, c’est encore pire ! Ils sont une minorité, certes, à dénoncer l’emprise de la CPNT sur la fédération de chasse de Vendée. Mais ils existent, et en ont marre de payer un permis de chasser qui, au final, servira les intérêts d’un parti…
Face aux jeux d’alliances politiques, le fusil à l’épaule, certains commencent sérieusement à se demander de quel côté se trouve le gibier, et s’ils ne participent pas plutôt à une partie de chasse aux électeurs !! Pendant que la plupart se demandent toujours ce que l’on peut bien trouver d’anormal à ça…

De Villiers : les Puyfolais écrivent la suite !

Que de réactions depuis la publication, cet été, de notre enquête sur l’affaire qui oppose Philippe De Villiers à Bruno Retailleau !!
Nous ne pouvions bien évidemment pas publier la totalité de ces écrits. D’autant que tous vont dans le même sens et viennent confirmer la situation décrite dans le journal. Mais nous vous livrons tout de même quelques extraits des nouveaux témoignages reçus par la rédaction.

Des terres, des hommes… et des banques

C’est l’histoire de trois agriculteurs dans une exploitation porcine du nord Vendée… Deux approchent la soixantaine, endettés jusqu’au cou, le moral dans les bottes. Ils misent tout sur le troisième, un jeune de 22 ans, prêt à racheter la ferme, sortir ses deux pairs de la mouise et reprendre le flambeau sur des bases saines. Ses aînés ont tout fait, tout prévu, pour lui ouvrir grand la voie. Belle passe dans ce relais entre générations. Mais voilà, il y a un hic ! Les banques refusent de suivre. Et tant qu’elles s’obstineront, tout le monde restera dans la merde !!!

«L’esprit grand ouvert» mais la bouche cousue

Vous l’avez normalement tous reçu dans vos boîtes aux lettres, «L’esprit grand ouvert», c’est le magazine édité par la Région Pays de la Loire et envoyé à tous les Ligériens. «Les Ligéquoi ?», rétorqueront sans doute quelques Vendéens… Mais si, vous savez, les habitants de la région, quoi ! «Ha oui…»
Peut-être vous êtes-vous attardés sur la publicité affichée en dernière page de leur n° d’été : la Région se paye sa propre 4ème de couverture à des fins politiques.
Au moins, comme ça, y’a pas de doute : «L’esprit grand ouvert» est bien un journal de communication et non d’information !

Spectacle de rue : «que fait la police ?

Ils sont trois comédiens de spectacles pour enfants. Alors qu’ils voulaient rôder leur dernière création en se produisant dans la rue, ils ont été effarés de se voir systématiquement délogés. C’est pourquoi ils nous ont proposé de tourner la chose en dérision en organisant un concours entre plusieurs villes de la côte vendéenne. Le jeu : se pointer inopinément dans les rues blindées de touristes, démarrer leur spectacle, et chronométrer le temps qu’ils allaient tenir avant de se faire éjecter par les représentants de l’ordre public !! Sauf que voilà, le chronomètre a tourné, tourné… Mais «que fait la police ?» ont-il fini par hurler sur le parvis de la mairie des Sables-d’Olonne ! Pourquoi le test a foiré, c’est ce que nous avons cherché à comprendre…

Maison du handicap : «sortez-nous de là !»

La Maison du handicap est le passage obligé pour tous les handicapés du département. Obligés, contraints et forcés de subir «l’incompétence et l’attitude dédaigneuse» du personnel. C’est du moins ce que dénonce une centaine de témoins. Rendez-vous est pris, ce mois-ci, avec Véronique Besse pour faire la lumière sur cette situation…

Sakoch enfin en vente libre, il en avait pris pour 200 pages
«Pas si fous ces Vendéens ?», c’est le titre du premier bouquin du dessinateur de presse Sakoch qui sort début octobre, une «espèce de recueil de dessins cyniquo-humoristiques». Mais Gestes éditions, son éditeur, en a censuré environ 80… Qu’à cela ne tienne, Le Sans-Culotte a puisé dans cette manne pour illustrer cette interview décalée et sans langue de bois, bravant l’interdit !

Commander des anciens numéros du Sans-Culotte 85 !